Accueil

L'Association des professionnels de la finance au service des entreprises de Rhône-Alpes

Accès membres

Contact

LinkedIn

Identificationx

Devenir membre

Actualités / Agenda

L’actionnariat des salariés dans les entreprises cotées ou non cotées : une opportunité pour relancer la croissance !

  • La tribune de Michel BON, Président de Fondact et ancien président de Carrefour et Orange

    PUBLIÉ LE 13.11.2014

    « Tout l’essor économique depuis la révolution industrielle a reposé sur les entreprises. Et plus précisément, sur une organisation de l’entreprise séparant ceux qui la finançaient et ceux qui y travaillaient. C’est sur le triangle qui a pour sommet le couple client fournisseur et pour bases le capital et le travail, que tout repose. C’est du bon équilibre des forces antagonistes qui composent ce triangle que dépend le succès.

    Pourtant, depuis une trentaine d’années, le capital, comme le travail, ont beaucoup changé. A la caricature plutôt débonnaire de l’actionnaire rentier, bedaine au ventre et cigare aux lèvres, ont succédé celles plus inquiétantes du loup de Wall Street, de l’actionnaire activiste et des transactions hautes fréquence. D’une caricature à l’autre, ce que montre cette évolution, c’est que ce n’est plus le dividende, ni sa pérennité qui intéressent l’actionnaire, mais la possibilité de bénéficier, le plus vite possible, de variations des cours de bourse. L’affectio societatis semble bien loin. De l’autre côté, la figure rassurante et paternaliste  du patron social et de l’emploi à vie, a été remplacée par un vécu opportuniste, mêlant plan social chez l’un et plan de carrière chez l’autre. Ainsi, et simultanément, la relation à l’entreprise de ses deux bases, capital comme travail, se sont profondément distendues.

    Ce n’est pas une bonne nouvelle. On ne crée pas une entreprise, on n’y investit pas, on n’en devient pas salarié avec un objectif de court terme, tout au contraire. Cette évolution des trente dernières années met donc en péril le moteur même de notre essor économique, que représente l’entreprise, et il faut la contrecarrer. C’est l’ambition d’un  rapport rédigé par un groupe d’entreprises au sein de l’association Fondact.

    Avec une idée simple : il y a encore, heureusement, des entreprises qui privilégient le long terme. On les trouve surtout parmi celles, très nombreuses, qui ne sont pas cotées en Bourse et dont l’actionnariat est familial. Une bonne façon, pour ces entreprises, de resserrer les liens autour de cette vision de long terme est d’y associer les salariés, en leur proposant de devenir, eux aussi, actionnaires de leur entreprise.

    Si l’idée paraît à la fois simple et convaincante, elle n’est pourtant pas facile à mettre en œuvre tant sont nombreux les préjugés et les freins juridiques et fiscaux.

    Ce rapport propose donc une dizaine de mesures principales pour faciliter les choses. Certaines sont assez techniques, d’autres sont plus simples. L’objet du débat qui sera organisé le 9 décembre avec LPFT (détail et inscription ici), est de présenter ces mesures et de recueillir l’avis de chefs d’entreprises de la région lyonnaise. »

     

    Michel BON
    Président de Fondact
    Ancien président de Carrefour et d’Orange