Les chiffres clés de la région

Chiffres Banque de France – l’économie régionale 2019 et 2020

– L’économie d’Auvergne-Rhône-Alpes en 2019, c’est  :

  • Une croissance du CA de 2.9 % (avec de fortes diversités sectorielles)
  • Une croissance des effectifs de 2.1%

 Pour 2020, des tendances maintenues :

  • Une croissance du CA de 2.7 %
  • Une croissance des effectifs de 1.2%
  • L’industrie reprendrait le cours des investissements (+11%) après une année atone
  • Les services et le BTP tablent sur une rentabilité améliorée

– Le recours aux crédits mobilisés par les entreprises augmente moins en AURA qu’en France , avec une demande plus forte de la part des grandes entreprises (+7.2%) que des PME (+5%).

– Les cotations des entreprises sont plutôt meilleures en 2019 qu’en 2018, et les chiffres régionaux surperforment les données nationales.

Tous les chiffres ici

Immobilier d’entreprise

L’analyse du marché métropolitain et régional fait ressortir les points suivants :

Tertiaire/ industrie :

  • l’investissement immobilier dans le tertiaire dépasse pour la 1ere fois à Lyon celui de l’industrie.
  • Le ralentissement de l’investissement industriel n’empêche pour autant pas la réalisation de quelques beaux projets. La métropole a été choisi pour son attractivité propre et sa réserve foncière.

Locatif/ investissement :

On constate un lien étroit entre le choix locatif/ investissement et la taille de l’entreprise. Les TPE et PME ont tendance à privilégier l’aspect patrimonial. La tendance s’inverse pour les PME en développement, les ETI ou les groupes.

Financement

  • Le financement bancaire sera plus ou moins facile selon la taille de l’opération, l’implantation  et le risque associé.
  • Les fonds de dette offrent maintenant des outils dédiés à l’immobilier.

Des acteurs lyonnais, « locomotives » des projets

Les récentes opérations emblématiques ont été portées par des acteurs locaux  bien qu’adossées à des acteurs nationaux ou internationaux.

Villes moyennes/ eurocités :

Les investisseurs constatent que l’effet « grande région » accélère la centralisation des services vers la Métropole lyonnaise.

  • Villes satellites : Elles restent peu attractives et sont ignorées des investisseurs.
  • Métropole et place financière : un des enjeux de Lyon est lié à sa visibilité comme place financière, facteur d’attractivité pour des investisseurs, et porteur d’une image de faible risque associé.

Les start up parisiennes

s’installent souvent dans des quartiers d’affaire parisiens très chers (7 à 800€/m2), pour leur proximité avec leurs investisseurs.